Chypre : plus de 2 millions d’oiseaux migrateurs braconnés chaque année

Un désastre écologique. La passion chypriote pour un mets nommé « ambelopoulia » nourrit un braconnage devenu « industriel » face à des autorités trop passives.

 

Piégés par des branches enduites de glue ou capturés dans des filets longs de plusieurs mètres, des centaines de milliers d’oiseaux migrateurs sont tués puis servis chaque année en secret dans des restaurants de l’île méditerranéenne. Toutes espèces confondues, dont des protégées, se voient ainsi décimer, achevées lors des captures par une morsure fatale du chasseur. Ces oiseaux sont ensuite revendus entre 50 et 80€ la douzaine pour être cuisinés.

 

L’association de protection des oiseaux BirdLife Cyprus juge la situation déplorable et rappelle que le braconnage de ces oiseaux migrateurs, notamment la fauvette noire ou autres rouge-gorges, est strictement interdit dans l’Union européenne.

 

Les braconniers diffusent des chants d’oiseaux enregistrés grâce à des hauts-parleurs, afin d’attirer leurs proies dans les buissons la nuit. A l’aube, ils arrosent les pauvres piégés de gravier pour leur faire peur et les retrancher dans les filets.

 

Et ils n’hésitent pas à menacer les policiers. On rapporte que certains trafiquants n’hésitent pas à lancer leur véhicule ou leurs pitbulls sur les forces de l’ordre pour les dissuader de s’approcher. Le braconnage a pris une grande ampleur, entre autres parce que nombreux restaurants qui servent l’ambelopoulia si convoité dépendent des autorités du pays, que le sort des espèces protégées semble peu intéresser.

 

Pour sortir de ce désastre qui met en péril toute une biodiversité, il faudrait réussir à éduquer malgré la prégnance de cette tradition culinaire, afin d’endiguer cette chasse excessive.

Laisser un commentaire